Pourquoi me suis-je défrisée ?

Je me suis toujours posée cette question, peut-être m’aiderez-vous à y répondre aujourd’hui. C’est en fait mon histoire avec mes cheveux défrisés, qui finalement est aussi l’histoire de la plupart des filles.

Lorsque je me défrisais les cheveux, je ne les portais au vent (ou à l’air libre) que pendant les 3 premières semaines suivant mon défrisage. Tout de suite après, je me faisais des tresses, tissages ou autres. Ce qui fait que mes cheveux étaient sous les mèches la plupart du temps.

De ce fait je me demande pourquoi me défrisais-je les cheveux ?… Étant donné qu’ils étaient tout le temps cachés, j’aurais donc pu garder mes cheveux crépus et continuer à me faire des tresses ou des tissages. Au moins ça m’aurait permis d’éviter de les abîmer.

J’ai fait cette observation chez plusieurs filles et je me demande quelles sont nos motivations à nous défriser malgré qu’on ne porte pas nos cheveux au vent tant que ça.

Tentatives de réponses

Est-ce par habitude ? J’en ai la forte l’impression.

Est-ce pour faciliter le coiffage ? C’est l’argument le plus cité, mais en réalité c’est juste qu’on a perdu l’habitude des bons gestes au point où même les coiffeuses ne veulent plus travailler avec les cheveux naturels. On ne veut plus faire d’effort, pourtant avec un peu de volonté et d’apprentissage, on verra qu’il n’est pas plus compliqué à coiffer qu’un cheveu défrisé avec des repousses

Est-ce un phénomène de mode ? Point qui pourrait être non négligeable parce que dans plusieurs pays, les femmes qui choisissent de porter leurs cheveux crépus sont considérées comme négligées, comme des personnes qui ne prennent pas soin d’elles. Mais tenant compte du fait que même celles qui se défrisent cachent leurs cheveux, cet argument n’est plus valable.

Je n’ai toujours pas trouvé une réponse qui tienne, donc vos avis et arguments sont attendus.

Le but de cet article est un appel à réflexion et une sensibilisation contre les automatismes qui ne nous profitent absolument pas et dont on pourrait certainement bien se passer.

Kiss & Love
Ritini

Comments

comments

6 thoughts on “Pourquoi me suis-je défrisée ?

    1. Justement Laureen, comme il est beaucoup plus simple de penser que ça n’arrive qu’aux autres, on choisit d’ignorer les dégâts jusqu’à ce qu’on en soit nous-mêmes victimes.

  1. C’est à mon avis l’absence d’image positive des cheveux naturels et de produits adaptés qui ont causé cette envie de defrisage.
    A un certain âge devenir une femme signifiait se défriser. Enfin pour moi car je n’étais pas défrisée enfant comme certaines. Ma mère savait gérer mes cheveux naturels et me faisait de jolies petites coiffures enfants. Mais en fin d’adolescence c’était vraiment ringard. Ça faisait gamine. Quand on se défrise ça paraît plus simple et puis on peut faire des coiffures plus adulte au début. Puis les cheveux s’abîment et effectivement on pourrait faire les mêmes coiffures avec ses cheveux naturels ( nattes avec extension, cheveux tirés en arrière avec un chouchou, etc..). Mais on n’est prise dans l’engrenage car on sait qu’il faudrait tout couper.
    Maintenant avec Youtube les blogs et les produits adaptés c’est plus facile de rester naturel pour une jeune fille/femme.
    Être naturelle ne signifie plus avoir l’air gamine ou mal coiffée.

    1. Effectivement Nadia, l’absence d’image positive des cheveux naturels joue un très grand rôle, vu qu’on a tendance à copier ce qui est le plus en vue ou à la mode. Avec le mouvement naturel qui grandit, les regards changent peu à peu. Pour aller loin et divulguer la tendance, le moindre effort fourni par chaque individu vaut son pesant d’or.

  2. Pour ma part, idem que Nadia, se défriser signifiait devenir une femme, ou encore pouvoir ressembler aux américaines de la télé :/ Je suis redevenue naturelle, mais, je suis tentée de nouveau par le défrisage, car il manque cruellement de salon pour coiffure et soin des cheveux crépus, pour réaliser les jolis modèles vus sur youtube. Du coup, je me tresse constamment avec des rajouts. Les quelques salons que je connais à Paris sont très chers. Nous ne sommes malheureusement pas toutes aptes à reproduire les soins et coiffure des jolies youtubeuses 😉

    1. C’est vrai que ça facilite beaucoup les choses quand on sait se coiffer soi-même, quand on peut changer de tête à sa guise. Moi aussi je ne savais pas coiffer lorsque je suis retournée au naturel,j’ai appris avec youtube. Volonté et détermination m’y ont aidé 🙂 Je viens de poster un article sur les coiffures protectrices, ça pourrait peut-être t’intéresser http://bit.ly/1SBTIjy. Biz

Laisser un commentaire