Faire pousser ses cheveux plus vite avec les poudres indiennes

Les poudres indiennes font parti des rares produits qui m’ont agréablement surprise dans mon aventure capillaire. J’ai pourtant longtemps hésité avant de les introduire dans ma routine capillaire… probablement par fainéantise ou par ignorance. Puis un jour de 2013, j’ai vu une blogueuse qui montrait l’évolution de ses cheveux après plusieurs mois d’utilisation des poudres indiennes. Elle avait gagné beaucoup de volume, énormément de volume ainsi que beaucoup de longueur. A la base elle avait pourtant des cheveux très fins et peu denses. Son expérience a provoqué chez moi l’envie de tester et je me suis très vite ravitaillée en poudre.

Mon expérience

Les premières poudres ayurvédiques que j’ai utilisées sont le shikakaï, le brahmi, le bringaraj, l’amla et le neem. Après seulement 2 semaines d’utilisation, j’ai commencé à voir les résultats sur mes cheveux: ils étaient plus légers, souples, détendus, et encore plus denses. Mes cheveux se déployaient sous une splendeur que je ne leur connaissais pas en 3 ans de cohabitation. Ils étaient particulièrement beaux, et j’en suis tombée amoureuse de plus belle 🙂

Les points négatifs

Au bout de quelques mois, les aléas de la vie faisant, j’ai arrêté d’utiliser les poudres. Je n’avais plus beaucoup de temps à consacrer à ma routine capillaire. C’est d’ailleurs ce qui est le plus ennuyeux avec les poudres: il faut avoir de la patiente quand vous faites ce soin car le temps de rinçage est très long, vu que les poudres ne partent pas facilement au rinçage. Plus vous avec les cheveux crépus (et donc les boucles très sérrées comme les miennes, plus vous aurez du mal à rincer les poudres).  De plus, c’est super salissant vu que c’est quand même une pâte boueuse qu’on applique sur les cheveux. Qu’à celà ne tienne, ces poudres sont beaucoup plus éficaces que les produits du commerces et leur prix est très attrayant, donc c’est un sacrifice qui en vaut la peine.

Aujourd’hui, je les utilise encore très souvent. C’est l’un des ingrédients qui m’aident à retenir la longueur. Dans cette vidéo, je vous présente toutes les poudres que je possède et je vous donne mon avis sur chacune d’elles.

Mon utilisation

Lorsque j’ai commencé à utiliser les poudres ayurvédiques en 2013, ça me prenait beaucoup de temps parce que je faisais:

  • Un bain d’huile avec un macérat de poudres indiennes
  • Un shampoing au shikakaÏ tout seul
  • Un masque au brahmi + bhringaraj + amla ou neem + 2 huiles végétales au choix.

J’ai gardé cette routine pendant plusieurs mois avant de commencer à ajouter d’autres poudres.

Aujourd’hui, ma routine est beaucoup plus simplifiée, je suis une adepte des 2 en 1 c’est-à-dire shampoing-masque à la fois: je mélande le shikakaï à quelques poudres au choix, j’ajoute de l’eau, et hop sur la tête. J’attends environ 1h et je rince. Me voilà prête pour me coiffer 🙂

Pour plus d’hydratation et de douceur, pensez à rajouter à votre préparation un peu d’huile, des humectants et des actifs hydratants tels que la provitamine B5.

Bonne routine!

Kiss & Love – Ritini

Comments

comments

2 thoughts on “Faire pousser ses cheveux plus vite avec les poudres indiennes

  1. Ayant plusieurs amies indiennes aux cheveux juste incroyables, je veux bien te croire lorsque tu parles de tous ces produits sur lesquels je ne m’étais jamais intéressée jusqu’à maintenant mais qui me font de l’oeil désormais ! Tes cheveux sont aussi superbes en tout cas !
    Merci pour ton partage

Laisser un commentaire